Soutien à la recherche historique

Un partenariat de recherche avec Yad Vashem

Un accord de partenariat conclu en 2012 par SNCF avec Yad Vashem, l’Institut international pour la mémoire de la Shoah basé à Jérusalem, a permis de soutenir une recherche sur l’ensemble des déportations des Juifs d’Europe intitulée : « Convois vers l’extermination : base de données de la déportation pendant la Shoah. »
Le soutien de SNCF porte sur la partie française de ce projet de recherche. Il permet aux chercheurs de de déterminer les itinéraires des convois de déportés juifs partis de France et qui ont acheminé 75 721 personnes vers Auschwitz-Birkenau principalement. La recherche s’appuie sur le travail effectué par Serge Klarsfeld et publié dans le « Mémorial de la déportation des Juifs de France ».

Une analyse des dossiers des archives 1939-1945 de SNCF, dont Yad Vashem a reçu en janvier 2012 une copie numérisée, est menée afin d’étudier les processus mis en œuvre. Des témoignages de rescapés, des documents privés et des photographies éclairent aussi le vécu des déportés.
Pour en savoir plus sur Yad Vashem

Financement d’une chaire sur les génocides

Une convention de partenariat signée en 2011 entre SNCF et l’Institut d’études politiques (IEP) de Bordeaux a permis de financer pendant trois ans la première chaire française d’enseignement universitaire sur la Shoah et les génocides. Elle est baptisée Chaire Joseph Benzacar.
Joseph Benzacar a créé en 1921 l’Institut d’études et de documentation économiques et sociales, qui deviendra ensuite l’Institut d’études politiques Bordeaux. Déporté en 1944 avec sa femme, à l’âge de 82 ans, il a été assassiné à Auschwitz.

Pour la première année universitaire 2011/2012, 130 étudiants en troisième année à l’IEP ont choisi cet enseignement facultatif, sur un effectif de 250. SNCF continue de financer la Chaire Joseph Benzacar par l’intermédiaire du Mémorial de la Shoah à Paris, son partenaire.
Alban Perrin, coordinateur de la formation au Mémorial de la Shoah, y enseigne l’histoire comparée des génocides du 20e siècle.

Alban Perrin lors de l’inauguration de la Chaire Joseph Bencazar ©DR

Partenariat avec le Musée de la Résistance nationale

Créé en 1965 à l’initiative d’anciens résistants, le Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) rassemble une collection exceptionnelle sur la Résistance et la Seconde Guerre mondiale (documents, objets, presse clandestine, fonds photographique…) Il a pour vocation de transmettre l’histoire et la mémoire de la Résistance française et des valeurs qui la sous-tendent. Son réseau de musées traitant chacun de l’histoire générale de la Résistance et d’une thématique d’intérêt local est implanté à : Nice (Résistance azuréenne) : Varenne-Vauzelles (Résistance des cheminots), Châteaubriant (Résistance dans les camps d’internement), Givors (Résistance des cheminots), Bourges (Ligne de démarcation), Montluçon (Résistance en Bourbonnais).
SNCF a conclu un partenariat avec le MRN pour soutenir son action et la mise en valeur des fonds photographiques inédits qu’il conserve.

Pour en savoir plus sur le Musée de la Résistance nationale

Signature de la convention entre le MRN, le 27 septembre 2017. A g. Bernard Emsellem, Conseiller du président de SNCF pour la mémoire, à dr. Thomas Fontaine, directeur du MRN. ©SNCF