Helping survivors tell their stories

Georges Horan-Koiransky: Sketches of life at Drancy transit camp

Georges Horan-Koiransky (1894–1986) was born in Saint Petersburg, Russia. In 1942–1943, he was imprisoned at Drancy transit camp, which is now a memorial site. During his time at the camp, he kept a diary and drew sketches that paint a compelling picture of the persecution of European Jews and shed light on a dark page in French history.

His drawings were released in a 1947 book Le Camp de Drancy, seuil de l’enfer juif (Drancy camp, threshold of Jewish hell), along with commentary from the artist in the immediate aftermath of the camp’s liberation. Much of this rare material focuses on the summer of 1942—a key period in the history of Drancy.

This new title, published in 2017 with SNCF’s support, reproduces Horan-Koiransky’s typewritten text in its entirety, with added introductory material and analysis from historian Benoît Pouvreau and a preface by Thomas Fontaine, director of the National Resistance Museum (MRN).

Georges Horan-Koiransky, Journal d’un interné. Drancy 1942–1943 (Diary of an internee. Drancy 1942–1943), Paris, Créaphis, 2017; and Le Camp de Drancy, seuil de l’enfer juif. Dessins et estampes, 1942–1947 (Drancy camp, threshold of Jewish hell. Sketches and drawings, 1942–1947), Paris, Créaphis/French Ministry for the Armed Forces, 2017.

©Créaphis

« Image » copié dans le presse-papier.Saisissez le titre

Journal et dessins du camp de Drancy

L’œuvre de Georges Horan-Koiransky (1894-1986), né à Saint-Pétersbourg et interné à Drancy entre 1942 et 1943, témoigne de la persécution des Juifs d’Europe. Ses dessins et son journal illustrent une page particulièrement sombre de l’histoire de France et l’un de ses lieux de mémoire : le camp de Drancy.
Ses estampes, publiées en 1947 sous le titre Drancy, seuil de l’enfer juif, et rééditées en 2017, Georges Horan les commente dans les semaines qui suivent sa libération du camp. Ce récit inédit documente notamment l’été 1942, une période charnière de l’histoire de Drancy.
Soutenue par SNCF, cette édition, présentée et commentée par l’historien Benoît Pouvreau, reproduit le tapuscrit de Georges Horan dans son intégralité. Elle est préfacée par Thomas Fontaine, directeur du Musée de la Résistance nationale.

Georges Horan-Koiransky, Journal d’un interné. Drancy 1942‑1943, Éditions Créaphis, 2017, et Le Camp de Drancy, seuil de l’enfer juif. Dessins et estampes, 1942‑1947, Créaphis/Ministère des Armées, 2017.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est sncf39-45-georges-horan-couverture-06.jpg.
©Créaphis
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est sncf39-45-georges-horan-couverture-05.jpg.
©Créaphis

Pierre Cocostéguy: The prisoner of war who escaped from Germany

In this book, Pierre Cocostéguy explains how he and two other French prisoners of war managed to escape from a German camp in July 1942.

©IKERZALEAK

Pierre Cocostéguy, Comment je me suis évadé d’Allemagne après 747 jours de captivité (How I escaped from Germany after 747 days in captivity), Mauléon, Ikerzaleak, 2012.